APSC
×

Éditorial du Président

Photo du président de l'APSC

Eric Revel Président de l'APSC

Le mot
du président

Edito novembre 2021

A bicyclette !

Chères adhérentes et chers adhérents,



Un vélo pour mon royaume ! William Shakespeare , écrivant sa célèbre pièce Richard III, transposée à Ré la Blanche, aurait changé de monture sans coup férir !

Le vélo y a supplanté depuis des lustres le cheval. La plus noble conquête de l’homme après 7000 ans de bons et loyaux services a définitivement laissé sa place au vélo ! Il s’est répandu sur les pistes cyclables rétaises, au galop des temps modernes, avec ses joies et ses dangers. Il s’est attribué un «moteur» ! Il a roulé plus vite. Trop vite. Et l’été, le danger est souvent au bout de la ruelle.

Un vélo avec un moteur électrique… Alors que les premières mobylettes » , ma grand-mère les appelait justement des « vélomoteurs » ! Curieux pied de nez de l’histoire de réinventer ce qu’elle a oublié. Un moteur électrique donc pour un vélo ! Comme si les jambes des nouvelles générations ne pouvaient plus affronter le vent de noroît, frontal et sans pitié, qui vous donne l’impression que vous reculez, en bord de mer, en revenant de Saint-Martin !

Les «deux roues » symbolisent, plus que tout autre objet, notre île, ses plages, ses épis, ses galets… Il n’y a guère que le « Phare des Baleines » qui, du haut de sa lanterne tournoyante, pourrait lui contester de mieux représenter Ré, et ses trois îlots ancestraux. Ou les « ânes en culotte » ? !! Chacun à son avis.



Votre association avait attiré l’attention des pouvoirs communaux et communautaires sur la grande dangerosité de ce tracé pour deux roues: la piste cyclable de la mer du Nord, après la base nautique en direction de la Moulinatte et du pont de Jéricho, a été sécurisée. L’enrochement dangereux recouvert de belle terre pourra y accueillir des plantations. La plongée vers un cube de béton, protégée par un bois plus accueillant et plus environnemental.

Nous sommes heureux que cette extraordinaire piste rétaise puisse de nouveau (ou presque) laisser du temps aux esprits vagabonds pour lever le nez aux vents iodées et pour laisser leurs idées grimper jusqu’aux étoiles.

Soyons prudents sur nos pistes couardaises et partout sur l’île. Respectons nous. Partageons le bonheur simple de pédaler tranquillement à la recherche de l’émotion toujours recommencée d’un vol d’oies bernaches s’envolant vers l’horizon incertain. Elles commencent à revenir nos « cravants ». Et elles cagnardent , elles cacardent déjà sur les vases de la mer du Nord !



« Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins… A bicyclette… »

Portez-vous bien ! Echangeons sur le site de l’APSC.

Bien à vous,



Eric Revel

Edito d’octobre 2021

Chères adhérentes et chers adhérents,

Les « grandes marées » de septembre sont derrière nous. Le temps plutôt clément a permis à nombre de couardais , restés au village, de goûter aux heures paisibles d’une plage tranquille ou d’arpenter quelques banches, à marée basse, pour une belle poignée de bouquets ! Il est derrière nous aussi, – mais ce n’est pas une question de saison mais d’époque révolue-, le temps où l’on « pigoulliait » une sole ou un tremble sur les sablières en mer devant.

L’époque est paraît-il aux éoliennes à moins que le projet d’une « ferme solaire » vienne, comme on dit du côté de la Communauté des communes, pourvoir à toute l’énergie nécessaire pour l’île. On verra. Les projets sont faits pour être réalisés ou pour rêver.

Nous serons présents dans ce vaste débat de « mix énergétique » qui engage l’avenir de l’Île toute entière et donc son patrimoine.

Le débat du moment concerne le « traitement des déchets et autre tri des ordures ». Notre classe politique locale s’enflamme et se déchire. Les mots fusent, les actions juridiques aussi. Les lendemains d’élection sont mouvementés.

J’écoute, pour ma part, des adhérents inquiets qui voient leur facture grimper alors que l’on annonce sans doute moins de jours de ramassages : plus pour les poubelles jaunes et moins pour les vertes ? Nous serons vigilants à l’APSC dès l’instant où des points de collectes, comme au quartier Thomazeau risquent d’impacter la préservation d’un site patrimonial, c’est le cas de la « balance » , réfection pour laquelle votre association est engagée. Mais plus largement, la question de la collecte est une question de bien-être collectif mais aussi de niveau de taxes.

Et puis, je voudrais, comme je les fais à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, vous dire deux mots du « Pin parasol de la Maline ». Il est sur une propriété privée, c’est vrai . J’ai écrit au syndic de copropriété , mais aussi au Président de la Communauté des Communes pour lui demander grâce.

Ce Pin, qui a vu bien des générations défiler, serait condamné à être abattu et découpé. Devenu déchet, on triera peut-être ses copeaux de sciure et ses planches, futurs meubles.

L’assurance qu’un nouveau parking bien goudronné devant la résidence, sans plus jamais qu’une racine affleure pour rappeler que la nature est souveraine, paraît tout de même bien dérisoire. Un arbre appartient autant au patrimoine que la pierre d’un monument classé ou pas. Votre association défend tous les patrimoines, historique ou végétal. L’APSC et ses membres se sont mobilisés pour que l’ombre du pin ne s’envole pas un jour dans le bruit mécanique d’une tronçonneuse sans pitié. Nous vous en rendrons compte.

Que chacun d’entre vous se porte bien. La Covid semble s’éloigner. Consultez le site de votre association. Ses rubriques et surtout donnez-nous votre avis ! Échangeons et ne renonçons jamais au lien social qui nous fait partager le même humanisme et appartenir à la même humanité.

Bien à vous,

Eric Revel

Editorial Septembre 2021

Chers adhérents et adhérentes.

L’été s’éloigne à jolis pas feutrés sur nos plages couardaises et l’automne plane déjà par dessus les vignes et les marais .
La Couarde retrouve le calme et son clocher sonne de nouveau avec sérénité le temps immuable de nos saisons. Cette quiétude couardaise, c’est notre bien commun, résidents permanents ou secondaires.

Bonne rentrée à tous . Avec l’espoir au cœur, que la Covid 19 ne sera bientôt qu’un mauvais et parfois, hélas, douloureux souvenir .

Votre association est sur le pont ! A vos côtés dans la défense de tous les patrimoines , architectural, végétal , mémoriel.
Nous avons La Couarde en partage et nous souhaitons tous garder le bon vivre dans nos venelles et autres quéreux. Agissons ensemble au service de notre village . Votre association est là pour vous.
Parcourez le site de l’APSC, c’est notre lien , notre bien collectif. Que vous soyez sur l’île , sur le continent ou bien plus loin , restons ensemble par le biais de votre site digital. Enrichissez notre forum de vos remarques et autres suggestions .
Merci de votre aide si précieuse .

La Couarde et l’île de Ré vont devoir faire face à la mise en place programmée d’un parc éolien offshore, au large de nos côtes. Nous devrons être solidaires et unis sur ce dossier qui va engager beaucoup de l’avenir de Ré.
Nous ferons entendre nos voix. Soyez-en convaincus . Je réitère mon appel aux autres associations pour partager et avancer sur ce dossier de l’éolien. Ensemble .

Je voudrais remercier chaleureusement chaque membre de l’APSC , et notamment le bureau et le conseil d’administration pour le beau succès de notre assemblée générale du 19 août dernier . C’est votre AG. C’est votre succès.

Merci et à bientôt . Ne perdons jamais le contact.

Éric Revel

Décembre 2020 – Mot du Président

Chers adhérents et adhérentes,

Je voulais au seuil de la nouvelle année vous faire un point sur les différents dossiers que suit votre association, l’APSC. L’année 2020 et sa crise sanitaire, qui a profondément impacté nos vies, ne nous ont pas empêchés d’avancer et de faire entendre vos voix.

Sur l’aménagement du parvis de l’église nous avons exprimé auprès du Conseil municipal notre opposition à l’installation de brumisateurs. Cette option ne nous semblait pas correspondre ni au lieu, ni à l’environnement des commerces alentour.

Il me paraît utile également de vous tenir informé de l’avancée du projet de valorisation du quartier Thomazeau. Ce projet est piloté par l’APSC, initié par un ancien Président de l’association René Mercier, aux côtés de la Mairie. Ce projet consiste à la recherche d’illustrations et de témoignages de la vie de ce quartier tourné jadis vers les métiers de la terre, notamment avec son moulin, la balance à sel et l’ancienne gare essentielle pour le transport des marchandises et des premiers touristes. Tous ces éléments seront exposés à la fois dans ce petit bâtiment récemment remis en état par la Mairie. Des illustrations seront présentes sur des panneaux d’affichage similaires à ceux déjà implantés dans le square. Ce site localisé le long de la piste cyclable, quelque peu délaissé à ce jour, pourra ainsi devenir une petite halte retraçant une partie du patrimoine Couardais.

Notre préoccupation renouvelée pour la sécurité des nouvelles pistes cyclables est également bien présente dans nos débats et réflexions. Nous travaillons plus globalement à un projet d’urbanisation qui englobe l’histoire de notre village dans le respect de la cause environnementale tout en préservant son unité architecturale. Le tout dans un souci de développement économique qui rassemble la revitalisation du centre bourg et la réflexion nécessaire sur l’aménagement du « Mail ». Certains villages, comme Ste Marie, mettent en place une stratégie de choix des commerces à implanter.

Les plages couardaises en hiver.
Les plages couardaises en hiver.

Chers adhérents et adhérentes, je voulais vous réaffirmer que votre confiance honore chaque membre du Bureau de l’APSC et tous ceux du Conseil d’administration. N’hésitez pas à nous faire part de vos idées et suggestions sur votre site.

Permettez-moi au seuil de cette nouvelle année de vous présenter, pour vous et vos proches, mes vœux les plus sincères de santé et de réussite.

Amicalement,

Eric Revel

Président de l’APSC

Juin 2020 – Mot du nouveau Président

Je tiens  à remercier très chaleureusement le Conseil de l’ASPC pour sa confiance. Je tiens également à saluer le travail de Marc et de son équipe, avec qui nous allons poursuivre et amplifier la mission de l’APSC, accompagnés par tous ceux qui ont La Couarde au cœur.

Très vite, j ‘ai pris mes fonctions de président accompagné de l’équipe en place. Récemment, j’ai eu l’occasion de donner une interview au Phare de Ré et quoi de mieux pour présenter les axes globaux de ma stratégie que de vous retransmettre cette interview.

« Eric Revel est le nouveau président de l’APSC – article du 5 juin 2020 –

Entretien avec le successeur de Marc de Laforcade à la tête de l’Association pour la protection des sites de La Couarde-sur-Mer.

Le Phare de Ré : Vous venez de succéder à Marc de Laforcade à la présidence de l’APSC. Comment abordez-vous cette fonction qui vous a été confiée ?

Je tiens à saluer le travail du président Marc de Laforcade qui, avec son équipe, pendant toutes ces années, a développé le rayonnement de l’APSC avec détermination. Nous poursuivrons ce chemin en amplifiant les actions, les débats, les propositions pour que notre village conserve toute son identité. Son patrimoine architectural, écologique et mémoriel constitue, pour moi, une priorité absolue.

Une inquiétude forte sur la « désertification » du centre bourg avait été soulevée lors de la précédente assemblée générale. Est-ce pour l’APSC un dossier prioritaire ?

Evidemment, la « désertification » du centre bourg est un dossier absolument prioritaire qui entre dans la catégorie précisément du patrimoine au sens large, comme je viens de le définir. Les inquiétudes des Couardais, Rétais, commerçants et touristes sont légitimes. Ils m’en parlent à chacun de nos échanges. Notre centre village est le « centre de l’âme couardaise ». On le voit bien dans les contacts que nous avons notamment avec nos adhérents. On ne peut pas laisser ce centre bourg péricliter inexorablement.

Dans certaines communes, les rapports entre la municipalité et les associations de défense de l’environnement sont parfois tendus, voire conflictuels. Qu’en est-il à La Couarde ?

Patrick Rayton, le maire, me connaît bien. Avec notre association, nous serons une force de proposition qui, je l’espère, retiendra son attention. Nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises. Il partage avec moi, j’en suis convaincu, la volonté de faire avancer les choses et d’être attentif aux propositions. L’ASPC lancera dans les semaines qui viennent une grande initiative auprès de ses adhérents, mais aussi de tous les Couardais qui le souhaitent.

Quelques mots sur les liens qui vous rattachent à La Couarde.

Mon histoire personnelle à La Couarde est une histoire familiale : ma mère est Couardaise, mes grands-parents, mes arrières grands-parents aussi… ! Ici, j’ai toutes mes racines ! J’ai écrit il y a bien longtemps mon premier roman, Le Phare des Baleines. J’ai passé beaucoup de temps à voir La Couarde changer. J’espère juste pouvoir être utile, avec l’ensemble du conseil de l’ASPC, de ses adhérents, et de tous les amoureux de La Couarde… Et redonner un peu, tout ce que La Couarde, depuis mon enfance, m’a offert. »

Propos recueillis par Emmanuel Legas

Eric Revel