APSC
×

Éditorial du Président

Photo du président de l'APSC

Eric Revel Président de l'APSC

Le mot
du président

Edito d’octobre

Sur le mur de nos mémoires

Samedi 17 septembre le ciel bleu baignait sans partage au-dessus du square Bonnin. En bas, le « monument aux morts » célébrait son centenaire. Les officiels, les jeunes, notre maire Patrick Rayton, la fanfare, tout le monde était là. Entre ce ciel sans nuage et le gravier du sol sans bruit flottait l’esprit du recueillement.
Plusieurs membres de votre association s’étaient donnés rendez-vous pour dire leur attachement, en notre nom à tous, à ce lieu de mémoires et aux combattants couardais qui ont donné leur vie pour la France. «L’aigle de bronze » prenait des couleurs sous ce soleil chaud et encore estival. Tout en haut de la liste, en lettres d’or, de nos héros des guerres 14/18 et 39/45 un nom, celui d’un fils : Roger Bonnin, sous-lieutenant et aviateur du 91e R.I., tué en 1917.
Beaucoup d’émotion dans cette commémoration qui sonnait juste. Au moment où la société française donne le sentiment de se déliter et de se fracturer, cette cérémonie du souvenir et du cœur rappelait à l’assistance nos valeurs républicaines : liberté, égalité et fraternité.

Merci, à vous cher adhérent, pour votre mobilisation et votre présence.
Avec ma fidèle et respectueuse considération.

Eric Revel




Edito d’août

 

La liste « des mémoires »

Le dynamisme de l’APSC n’est plus à démontrer. Notre Assemblée Générale du 13 août a affiché notre détermination commune à défendre tous les patrimoines couardais à l’heure où la communauté des communes répertorie pour chaque village les « patrimoines bâtis » remarquables. La liste couardaise est pour le moment peu étoffée. Nous avons besoin de votre mobilisation : photographiez, écrivez, et envoyez sur le site de l’APSC les porches, les quéreux, les murets, les maisons… qui vous sembleraient devoir intégrer cette liste de la « mémoire couardaise ». Nous comptons sur vous.
L’APSC , «Vivre La Couarde» a fait peau neuve avec sa nouvelle identité visuelle et bientôt son nouveau site numérique. La défense de tous les patrimoines est plus que jamais, -à l’heure du réchauffement climatique et de ses incendies catastrophiques-, une urgence absolue. L’avenir ne peut se construire solidement que si le passé est présent et partagé par le plus grand nombre.

Merci, à vous chaque adhérent, pour votre mobilisation et votre présence.
Avec ma fidèle et respectueuse considération.

Eric Revel

 

 

Edito de Juillet

 

Bel été à vous tous !

Nous y sommes ! L’été et nos grandes vacances rétaises vont nous donner l’occasion de nous retrouver à La Couarde et de partager des moments, des discussions et le plaisir simple de flâner sur les plages et dans les ruelles de ce village que nous aimons.

L’occasion aussi de se voir le 19 juillet au Café Les Mouettes à partir de 9h30 pour notre traditionnel « Café couardais » et le 13 août à la Salle des Fêtes pour l’Assemblée Générale de votre association. Nous vous y attendons avec impatience pour vous dévoiler nos réalisations, nos objectifs et le nouveau logo de l’APSC !

Nous y serons à 9h30 heures et respecterons le « quart d’heure couardais » ! Avec l’ensemble du Conseil d’administration de l’APSC je serai heureux de vous y croiser pour échanger et à l’issue de notre AG pour lever le verre de l’amitié associative et de trinquer au «pineau rétais ! ».

D’ores et déjà, je vous souhaite un bel été couardais. Soyons vigilants : le soleil et la mer sont fantastiques mais parfois dangereux. Bel été à tous et donc à très bientôt !

Avec ma fidèle et respectueuse considération.

Eric Revel

 

 

Edito de Juin

 

L’eau de la Vie

La belle saison frappe à la porte de nos villages rétais. La Couarde commence à se parer de ses multiples pieds de roses trémières de toutes les couleurs. Les glycines moins en fleurs laissent leur place aux jasmins odorant. Le tintement des sonnettes de vélo recommencent à attirer l’oreille aux coins des venelles couardaises.
Le retour du tourisme de masse, des animations de rue, du monde sur les routes est annoncé à grand renfort de week-end à rallonges ! Les routes saturent. Les esprits s’échauffent parfois.
Les « baigneurs » reviennent. De quoi faire vivre l’île de Ré et voir aussi les prix s’envoler. Avec l’inflation du moment, nous n’en avions pas besoin ! Mais plus inquiétant sans doute est le grand retour annoncé de la sècheresse. Le réchauffement climatique ne pardonne pas. L’eau devient un bien précieux si rare. Il nous faut en prendre conscience et prendre garde à son utilisation pour nos jardins et notre usage quotidien. Le monde change. Bouleversements et crises. Ré La Blanche impassible préserve son essentiel. Havre de paix et de tranquillité. Ces biens précieux constituent autant de valeurs qu’il nous faut partager pour avancer ensemble.

Avec ma fidèle et respectueuse considération.
Eric Revel

 

 

Edito de Mai 

 

A bientôt de se revoir !

Pour l’APSC , le retour des beaux jours sur La Couarde, c’est aussi la saison de nos retrouvailles avec vous, les adhérents, et tous ceux qui accompagnent notre association jour après jour. Nous avons besoin de nous voir, d’échanger et de dialoguer ! Voilà pourquoi après ces deux dernières années bouleversées par la crise sanitaire nous allons reprendre nos « bonnes habitudes » : « Café couardais » et « réunion annuelle » en juillet (les dates précises vous seront bientôt communiquées) et notre « Assemble Générale » en août comme de tradition ! Ce «patrimoine présentiel », tous ensemble, grâce à vos présences et soutien chaleureux, est un bien social inestimable.
Nous dresserons ensemble notre bilan autour des actions menées par l’APSC depuis un an. Nous vous dévoilerons notre «nouveau site » internet plus rapide, plus complet et notre «nouvelle signature » plus compréhensible et plus conviviale.
Avec l’ensemble du Conseil d’Administration de votre association, nous préparons ces rendez-vous avec impatience et précision. L’APSC a besoin de chacun d’entre vous pour défendre et préserver tous les patrimoines couardais.
Je me réjouis à titre personnel de retrouver chacun d’entre vous en juillet et août.
Avec ma fidèle et respectueuse considération.
Eric Revel

 

Edito Avril/Mai 

 

Le pin de la Maline est sauvé !

L’APSC, qui défend tous les patrimoines avec ses adhérents, s’était mobilisée dès l’automne dernier. Vos mels, vos courriers ne laissaient aucun doute, nous voulions tous sauver le «Pin de la Maline».
Mobilisation sous la férule de Jean Charmant de l’APSC, qui dès les rumeurs d’abattage, avait sonné le tocsin avec vigueur ! Qu’il en soit remercié au nom de tous ceux qui dans notre association ont participé à cette magnifique mobilisation.
Or, nous venons d’apprendre qu’un accord a été paraphé entre la copropriété où se trouve le Pin et la Communauté des Communes. Que le Président Lionel Quillet soit également remercié.
Cet accord stipule que la CDC mettra en valeur l’arbre et va pourvoir à l’installation d’un éclairage ainsi que la remise en état des parkings de la résidence qui souffraient à cause des racines de «l’arbre parasol ».
Ainsi sauvé, le pin devient un élément végétal essentiel de la mise en valeur du parvis de la Maline, nouvellement inaugurée.
L’APSC sait également le rôle qu’a joué notre maire, Patrick Rayton, pour trouver cette heureuse issue. Le pin, dont l’ombre tutélaire continuera à abriter tant de souvenirs, symbolisera également maintenant l’avenir culturel rétais. En quelque sorte, un patrimoine végétal référent contemplera en toute sérénité la construction d’un patrimoine culturel, concert après concert, pièce de théâtre après pièce de théâtre, film après film… L’APSC contribue à boucler la boucle !

Merci à tous pour votre mobilisation. Ensemble nous sommes plus forts.

Eric Revel

 

Edito d’avril

 

La Maline vous attend !

Ils étaient venus, ils étaient tous là ! Les élus de l’Ile, la Présidente du département Sylvie Marcilly, le député Falorni. Notre maire, en tête, Patrick Rayton et le Président Quillet, ils sont venus, ils sont tous là pour l’inauguration de La Maline à La Couarde. Un ensemble culturel comme il y en a peu, même sur le continent. Nous sommes heureux à l’APSC que douze ans après les premières discussions sur ce projet culturel si prometteur et si ambitieux, ce soit notre commune qui puisse s’enorgueillir de posséder sur son territoire un tel joyaux culturel. Oui, la forme architecturale en a interrogé plus d’un, comme la végétalisation de l’ensemble avec le Pin parasol qui n’est pas achevée. Mais reconnaissons que cette Maline a de l’allure et que ses infrastructures pour le théâtre, le cinéma, la culture au sens le plus large sont époustouflantes. La scène inaugurée par le quatuor de mon amie Sarah Nemtanu ne pouvait pas rêver meilleur lancement musical. Oui, réjouissons-nous en ces temps si difficiles pour le peuple ukrainien d’habiter une île, un pays, où la liberté d’expression et la liberté culturelle permettent à nos esprits en paix de regarder l’avenir encore avec sérénité.

Eric Revel

 

 

Edito de mars

 

Du calme à la tempête.

« L’Histoire est tragique », écrivait Raymond Aron. Après la crise sanitaire, une crise militaire est aux portes de l’Europe. L’Ukraine est martyrisée. L’Europe des Balkans retient son souffle. Nous mesurons, égoïstement, la chance que nous avons d’habiter le pays qui est le nôtre. L’île de Ré, La Couarde continuent tranquillement de vivre au rythme des marées pendant qu’à trois heures d’avion du Pont, les bombes rythment le quotidien de civils innocents.

J’avais projeté de vous parler plus longuement du classement de l’Association des Villes et des Villages de France, qui chaque année, donne ses résultats sur les endroits, en France, où il fait bon vivre. La Couarde n’arrive qu’en sixième position dans le classement qui intéresse les villages de l’île de Ré. Pas vraiment exceptionnel. Elle gagne sept places départementales par rapport à l’an passé… Mais, à quoi bon s’appesantir plus en avant sur ce classement ? Pas très loin de nous, à la frontière polonaise des centaines de milliers d’Ukrainiens tentent de fuir et de trouver leur salut. «Parler de bon vivre» rétais quand des familles entières se bousculent pour sauver leurs vies ? Dérisoire.

Méditons sur nos plages couardaises cette phrase d’un anonyme lue dans un quotidien anglais : «La Paix est le souffle de la vie ».

Eric Revel

 

Edito de février

 

Quid du PLUi ?

C’est donc le tribunal administratif qui a pris la décision d’une nouvelle enquête pour le Plan d’urbanisme intercommunal. La Communauté des communes de l’Ile de Re doit donc revoir sa copie. Pour notre village, cette nouvelle enquête ouvre quelques perspectives : faire classer le Pin de la Maline ? Le courrier de notre maire, Patrick Rayton nous laisse entrevoir une telle perspective. Votre association ne lâchera rien !

Autre dossier, celui du du « Fonds des airs ». Que les associations comptent bien défendre et remettre sur la table à l’occasion de ce « nouveau PLUi ». Nouveau ? On n’en sait rien. Y aura t’il une nouvelle enquête totale ou l’ajout d’une simple étude qui aurait manqué pour que le tribunal administratif de Poitiers conclut positivement ?

Le débat est sur la table. L’APSC veille au grain.

Merci de vos soutiens par mail, par sms, sur les réseaux sociaux. Votre appui nous encourage et nous honore.

Très cordialement

Éric Revel

 

Edito de janvier 2022

 

Au nom du Pin !

Le pin de La Maline a fait couler beaucoup d’encre dans la presse et sur les réseaux sociaux depuis que votre association s’est emparée du dossier, refusant l’abattage de cet arbre symbole de la végétalisation de la future salle de spectacle de l’île de Ré. Symbole également de la cause environnementale.
La mobilisation de l’APSC a pris un nouveau tournant lorsque son Conseil d’Administration a décidé de lancer une pétition auprès des couardais et de tous ceux qui s’engagent pour la survie de cet arbre qui a vu passer plusieurs décennies sans encombres.

On peut estimer que près de 600 signatures auront été réunies au nom du Pin ! Un succès pour cette mobilisation historique.
La Communauté des Communes, par la voix de son Président, Lionel Quillet, (voir votre revue de presse) a fait savoir clairement que l’organisation communautaire n’agirait pas pour abattre ou déplacer le Pin parasol. Et que si malheur devait arriver à ce conifère, il en reviendrait à la seule responsabilité de la copropriété de la résidence, propriétaire des espaces, d’assumer une telle décision funeste.

Je me réjouis que l’APSC, grâce à ses membres, ait su défendre un patrimoine végétal de cette importance, un patrimoine végétal remarquable. Rien n’est gagné. L’APSC restera vigilante et vous informera en temps réel du suivi de ce dossier qui tient à cœur de tant de couardais et d’amoureux de la nature.
L’année qui s’ouvre sera chargée pour votre association. L’année 2022 sera aussi celle de la décision d’un parc éolien off-shore au large des côtes rhétaises et oléronaises. Un parc qui pourrait être bien plus important que ce que l’Etat avait imaginé dans un premier temps. Nous vous tiendrons, là aussi, informés.

Permettez-moi de vous souhaiter une très belle année 2022 au nom du Conseil d’administration de l’APSC. Une année, en son début, de nouveau marquée par une pandémie qui n’en finit plus. Restons en contact grâce au site de l’APSC. Ensemble et solidaire.

Bien à vous,

Eric Revel

 

Edito de décembre 2021

Ensemble, nos combats couardais pour 2022 !

Chers adhérents et adhérentes.

L’année 2021 pour l’APSC, votre association a été bien remplie et passablement bien chargée en dépit des difficultés liées à la crise de la Covid. Les membres de votre association, au sein du Conseil d’administration, se retrouvent au moins une fois par mois pour faire le point sur l’état d’avancement des dossiers : Pin de La Maline, Pistes cyclables, collectes de ordures, avenir du port de Goisil, réfection de la Balance… Mais aussi « parc éolien off-shore ». Nous nous réunissons par Visio conférence pour confronter nos points de vue. Nous débattons tout au long de l’année pour défendre tous les patrimoines couardais.

L’année prochaine un nouveau site de l’APSC sera disponible, plus ergonomique avec davantage de contenus pour faire vivre notre passion commune pour La Couarde, sa végétation, ses ruelles, ses quéreux, ses monuments et ses murs de pierres. L’actuel nous permet déjà tant d’échanges. Nous allons le moderniser sans perdre son esprit d’origine. Il était justement l’un de nos pionniers, Jean de Cellery d’Allens nous a quitté. Que son souvenir reste partie prenante du riche patrimoine mémoriel couardais.

Ce nouveau site sera l’occasion de resserrer nos liens, d’échanger encore plus avec les 200 membres de votre association. De nouvelles rubriques vont également naître sur ce nouveau site.

Alors même si, au seuil de cette nouvelle année 2022, l’horizon sanitaire ne semble pas encore vraiment dégagé, permettez-moi de vous souhaiter au nom de tous les membres du Conseil d’administration et du bureau de l’APSC, de très bonnes fêtes de fin d’année, entourés de vos proches, pour ceux qui ont cette chance.

Au plaisir de nous revoir. Restons unis et ensemble en 2022 pour l’avenir de notre beau village.

Très amicalement,

Eric Revel

 

Edito de novembre 2021

A bicyclette !

Chères adhérentes et chers adhérents,

Un vélo pour mon royaume ! William Shakespeare , écrivant sa célèbre pièce Richard III, transposée à Ré la Blanche, aurait changé de monture sans coup férir !

Le vélo y a supplanté depuis des lustres le cheval. La plus noble conquête de l’homme après 7000 ans de bons et loyaux services a définitivement laissé sa place au vélo ! Il s’est répandu sur les pistes cyclables rétaises, au galop des temps modernes, avec ses joies et ses dangers. Il s’est attribué un «moteur» ! Il a roulé plus vite. Trop vite. Et l’été, le danger est souvent au bout de la ruelle.

Un vélo avec un moteur électrique… Alors que les premières mobylettes » , ma grand-mère les appelait justement des « vélomoteurs » ! Curieux pied de nez de l’histoire de réinventer ce qu’elle a oublié. Un moteur électrique donc pour un vélo ! Comme si les jambes des nouvelles générations ne pouvaient plus affronter le vent de noroît, frontal et sans pitié, qui vous donne l’impression que vous reculez, en bord de mer, en revenant de Saint-Martin !

Les «deux roues » symbolisent, plus que tout autre objet, notre île, ses plages, ses épis, ses galets… Il n’y a guère que le « Phare des Baleines » qui, du haut de sa lanterne tournoyante, pourrait lui contester de mieux représenter Ré, et ses trois îlots ancestraux. Ou les « ânes en culotte » ? !! Chacun à son avis.

Votre association avait attiré l’attention des pouvoirs communaux et communautaires sur la grande dangerosité de ce tracé pour deux roues: la piste cyclable de la mer du Nord, après la base nautique en direction de la Moulinatte et du pont de Jéricho, a été sécurisée. L’enrochement dangereux recouvert de belle terre pourra y accueillir des plantations. La plongée vers un cube de béton, protégée par un bois plus accueillant et plus environnemental.

Nous sommes heureux que cette extraordinaire piste rétaise puisse de nouveau (ou presque) laisser du temps aux esprits vagabonds pour lever le nez aux vents iodées et pour laisser leurs idées grimper jusqu’aux étoiles.

Soyons prudents sur nos pistes couardaises et partout sur l’île. Respectons nous. Partageons le bonheur simple de pédaler tranquillement à la recherche de l’émotion toujours recommencée d’un vol d’oies bernaches s’envolant vers l’horizon incertain. Elles commencent à revenir nos « cravants ». Et elles cagnardent , elles cacardent déjà sur les vases de la mer du Nord !

« Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins… A bicyclette… »

Portez-vous bien ! Echangeons sur le site de l’APSC.

Bien à vous,

Eric Revel

Edito d’octobre 2021

Chères adhérentes et chers adhérents,

Les « grandes marées » de septembre sont derrière nous. Le temps plutôt clément a permis à nombre de couardais , restés au village, de goûter aux heures paisibles d’une plage tranquille ou d’arpenter quelques banches, à marée basse, pour une belle poignée de bouquets ! Il est derrière nous aussi, – mais ce n’est pas une question de saison mais d’époque révolue-, le temps où l’on « pigoulliait » une sole ou un tremble sur les sablières en mer devant.

L’époque est paraît-il aux éoliennes à moins que le projet d’une « ferme solaire » vienne, comme on dit du côté de la Communauté des communes, pourvoir à toute l’énergie nécessaire pour l’île. On verra. Les projets sont faits pour être réalisés ou pour rêver.

Nous serons présents dans ce vaste débat de « mix énergétique » qui engage l’avenir de l’Île toute entière et donc son patrimoine.

Le débat du moment concerne le « traitement des déchets et autre tri des ordures ». Notre classe politique locale s’enflamme et se déchire. Les mots fusent, les actions juridiques aussi. Les lendemains d’élection sont mouvementés.

J’écoute, pour ma part, des adhérents inquiets qui voient leur facture grimper alors que l’on annonce sans doute moins de jours de ramassages : plus pour les poubelles jaunes et moins pour les vertes ? Nous serons vigilants à l’APSC dès l’instant où des points de collectes, comme au quartier Thomazeau risquent d’impacter la préservation d’un site patrimonial, c’est le cas de la « balance » , réfection pour laquelle votre association est engagée. Mais plus largement, la question de la collecte est une question de bien-être collectif mais aussi de niveau de taxes.

Et puis, je voudrais, comme je les fais à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, vous dire deux mots du « Pin parasol de la Maline ». Il est sur une propriété privée, c’est vrai . J’ai écrit au syndic de copropriété , mais aussi au Président de la Communauté des Communes pour lui demander grâce.

Ce Pin, qui a vu bien des générations défiler, serait condamné à être abattu et découpé. Devenu déchet, on triera peut-être ses copeaux de sciure et ses planches, futurs meubles.

L’assurance qu’un nouveau parking bien goudronné devant la résidence, sans plus jamais qu’une racine affleure pour rappeler que la nature est souveraine, paraît tout de même bien dérisoire. Un arbre appartient autant au patrimoine que la pierre d’un monument classé ou pas. Votre association défend tous les patrimoines, historique ou végétal. L’APSC et ses membres se sont mobilisés pour que l’ombre du pin ne s’envole pas un jour dans le bruit mécanique d’une tronçonneuse sans pitié. Nous vous en rendrons compte.

Que chacun d’entre vous se porte bien. La Covid semble s’éloigner. Consultez le site de votre association. Ses rubriques et surtout donnez-nous votre avis ! Échangeons et ne renonçons jamais au lien social qui nous fait partager le même humanisme et appartenir à la même humanité.

Bien à vous,

Eric Revel

Editorial Septembre 2021

Chers adhérents et adhérentes.

L’été s’éloigne à jolis pas feutrés sur nos plages couardaises et l’automne plane déjà par dessus les vignes et les marais .
La Couarde retrouve le calme et son clocher sonne de nouveau avec sérénité le temps immuable de nos saisons. Cette quiétude couardaise, c’est notre bien commun, résidents permanents ou secondaires.

Bonne rentrée à tous . Avec l’espoir au cœur, que la Covid 19 ne sera bientôt qu’un mauvais et parfois, hélas, douloureux souvenir .

Votre association est sur le pont ! A vos côtés dans la défense de tous les patrimoines , architectural, végétal , mémoriel.
Nous avons La Couarde en partage et nous souhaitons tous garder le bon vivre dans nos venelles et autres quéreux. Agissons ensemble au service de notre village . Votre association est là pour vous.
Parcourez le site de l’APSC, c’est notre lien , notre bien collectif. Que vous soyez sur l’île , sur le continent ou bien plus loin , restons ensemble par le biais de votre site digital. Enrichissez notre forum de vos remarques et autres suggestions .
Merci de votre aide si précieuse .

La Couarde et l’île de Ré vont devoir faire face à la mise en place programmée d’un parc éolien offshore, au large de nos côtes. Nous devrons être solidaires et unis sur ce dossier qui va engager beaucoup de l’avenir de Ré.
Nous ferons entendre nos voix. Soyez-en convaincus . Je réitère mon appel aux autres associations pour partager et avancer sur ce dossier de l’éolien. Ensemble .

Je voudrais remercier chaleureusement chaque membre de l’APSC , et notamment le bureau et le conseil d’administration pour le beau succès de notre assemblée générale du 19 août dernier . C’est votre AG. C’est votre succès.

Merci et à bientôt . Ne perdons jamais le contact.

Éric Revel

Décembre 2020 – Mot du Président

Chers adhérents et adhérentes,

Je voulais au seuil de la nouvelle année vous faire un point sur les différents dossiers que suit votre association, l’APSC. L’année 2020 et sa crise sanitaire, qui a profondément impacté nos vies, ne nous ont pas empêchés d’avancer et de faire entendre vos voix.

Sur l’aménagement du parvis de l’église nous avons exprimé auprès du Conseil municipal notre opposition à l’installation de brumisateurs. Cette option ne nous semblait pas correspondre ni au lieu, ni à l’environnement des commerces alentour.

Il me paraît utile également de vous tenir informé de l’avancée du projet de valorisation du quartier Thomazeau. Ce projet est piloté par l’APSC, initié par un ancien Président de l’association René Mercier, aux côtés de la Mairie. Ce projet consiste à la recherche d’illustrations et de témoignages de la vie de ce quartier tourné jadis vers les métiers de la terre, notamment avec son moulin, la balance à sel et l’ancienne gare essentielle pour le transport des marchandises et des premiers touristes. Tous ces éléments seront exposés à la fois dans ce petit bâtiment récemment remis en état par la Mairie. Des illustrations seront présentes sur des panneaux d’affichage similaires à ceux déjà implantés dans le square. Ce site localisé le long de la piste cyclable, quelque peu délaissé à ce jour, pourra ainsi devenir une petite halte retraçant une partie du patrimoine Couardais.

Notre préoccupation renouvelée pour la sécurité des nouvelles pistes cyclables est également bien présente dans nos débats et réflexions. Nous travaillons plus globalement à un projet d’urbanisation qui englobe l’histoire de notre village dans le respect de la cause environnementale tout en préservant son unité architecturale. Le tout dans un souci de développement économique qui rassemble la revitalisation du centre bourg et la réflexion nécessaire sur l’aménagement du « Mail ». Certains villages, comme Ste Marie, mettent en place une stratégie de choix des commerces à implanter.

Les plages couardaises en hiver.
Les plages couardaises en hiver.

Chers adhérents et adhérentes, je voulais vous réaffirmer que votre confiance honore chaque membre du Bureau de l’APSC et tous ceux du Conseil d’administration. N’hésitez pas à nous faire part de vos idées et suggestions sur votre site.

Permettez-moi au seuil de cette nouvelle année de vous présenter, pour vous et vos proches, mes vœux les plus sincères de santé et de réussite.

Amicalement,

Eric Revel

Président de l’APSC

Juin 2020 – Mot du nouveau Président

Je tiens  à remercier très chaleureusement le Conseil de l’ASPC pour sa confiance. Je tiens également à saluer le travail de Marc et de son équipe, avec qui nous allons poursuivre et amplifier la mission de l’APSC, accompagnés par tous ceux qui ont La Couarde au cœur.

Très vite, j ‘ai pris mes fonctions de président accompagné de l’équipe en place. Récemment, j’ai eu l’occasion de donner une interview au Phare de Ré et quoi de mieux pour présenter les axes globaux de ma stratégie que de vous retransmettre cette interview.

« Eric Revel est le nouveau président de l’APSC – article du 5 juin 2020 –

Entretien avec le successeur de Marc de Laforcade à la tête de l’Association pour la protection des sites de La Couarde-sur-Mer.

Le Phare de Ré : Vous venez de succéder à Marc de Laforcade à la présidence de l’APSC. Comment abordez-vous cette fonction qui vous a été confiée ?

Je tiens à saluer le travail du président Marc de Laforcade qui, avec son équipe, pendant toutes ces années, a développé le rayonnement de l’APSC avec détermination. Nous poursuivrons ce chemin en amplifiant les actions, les débats, les propositions pour que notre village conserve toute son identité. Son patrimoine architectural, écologique et mémoriel constitue, pour moi, une priorité absolue.

Une inquiétude forte sur la « désertification » du centre bourg avait été soulevée lors de la précédente assemblée générale. Est-ce pour l’APSC un dossier prioritaire ?

Evidemment, la « désertification » du centre bourg est un dossier absolument prioritaire qui entre dans la catégorie précisément du patrimoine au sens large, comme je viens de le définir. Les inquiétudes des Couardais, Rétais, commerçants et touristes sont légitimes. Ils m’en parlent à chacun de nos échanges. Notre centre village est le « centre de l’âme couardaise ». On le voit bien dans les contacts que nous avons notamment avec nos adhérents. On ne peut pas laisser ce centre bourg péricliter inexorablement.

Dans certaines communes, les rapports entre la municipalité et les associations de défense de l’environnement sont parfois tendus, voire conflictuels. Qu’en est-il à La Couarde ?

Patrick Rayton, le maire, me connaît bien. Avec notre association, nous serons une force de proposition qui, je l’espère, retiendra son attention. Nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises. Il partage avec moi, j’en suis convaincu, la volonté de faire avancer les choses et d’être attentif aux propositions. L’ASPC lancera dans les semaines qui viennent une grande initiative auprès de ses adhérents, mais aussi de tous les Couardais qui le souhaitent.

Quelques mots sur les liens qui vous rattachent à La Couarde.

Mon histoire personnelle à La Couarde est une histoire familiale : ma mère est Couardaise, mes grands-parents, mes arrières grands-parents aussi… ! Ici, j’ai toutes mes racines ! J’ai écrit il y a bien longtemps mon premier roman, Le Phare des Baleines. J’ai passé beaucoup de temps à voir La Couarde changer. J’espère juste pouvoir être utile, avec l’ensemble du conseil de l’ASPC, de ses adhérents, et de tous les amoureux de La Couarde… Et redonner un peu, tout ce que La Couarde, depuis mon enfance, m’a offert. »

Propos recueillis par Emmanuel Legas

Eric Revel